PAR PETITES TOUCHES, pensées sans retouches : Teddy bear

couleurspantoneorangegrisvertbleu

wp-1474667677588.jpeg

Teddy bear

Perdu mon ours en p’luche

Quand je suis dev’nue femme,

Fière de n’plus être nunuche

Quitte à perdre mon âme.

 

Je regarde les bout’choux

Te serrer sur leur cœur,

Je vois leur regard doux

Débordant de bonheur.

 

Je n’ai plus ta p’tite patte 

Ta caresse de douceur,

Que ma main sur le vide

Qui s’ouvre en douleur.

 

Alors je te mange cru,

En gélifié, guimauve, 

Et te porte à mon cou,

Acrylique du pauvre.

 

Je brode tes contours

Au petit point de croix,

Et je compte les jours

Qui m’éloignent de toi.

 

Tu m’écoutais pleurer,

Épanchant mes sanglots,

Quand on m’avait grondée,

Que je n’avais plus d’mot.

 

Je suis grande et n’ai plus

Mon nounours adoré,

Motus et bouche cousue,

Même plus l’droit de pleurer.

 

Je lève les yeux au ciel,

Asséchés d’tout espoir,

Fugitif, éternel,

Teddy bear, au revoir…

d’autres « Pensées sans retouches » à venir…

 

PAR PETITES TOUCHES, pensées sans retouches : Plumeaux végétaux

couleurspantoneorangegrisvertbleu

wp-1473872428671.jpeg

Photo ©Lamouetterieuse

Plumeaux végétaux

Dame Nature n’en n’a cure de faire le ménage,

Dotée de perfection, elle préfère rester sage.

 

Juste pour nous se faire belle, elle prend ses doux pinceaux,

Caresse le ciel, pare ses yeux des bleus les plus beaux.

 

Puis elle s’évente, lentement, élégante courtisane,

Effaçant du passant les amers tourments de l’âme.

 

Les hommes se barbent avec de banals blaireaux,

Ignares qu’ils sont de l’art délicat du plumeau.

 

La douceur appartient à la femme végétale,

Qui chatouille avec grâce nos âmes irritables.

d’autres « Pensées sans retouches » à venir…

 

PAR PETITES TOUCHES, pensées sans retouches : Mon cœur est tout à toi

couleurspantoneorangegrisvertbleu

image
Photo ©La mouette rieuse

Mon cœur est tout à toi

Tends-moi ta douce main,
Vois, caresse mes ailes,
Envole-toi au ciel
Dans la brume du matin.

Appelle-moi par mon nom,
Que je t’ensorcelle,
« Ginkgo » c’est très mignon,
Puis, je soigne à merveille !

Je t’offre un vert soupir
Pour panser ta douleur,
Et un léger sourire
En gage de pur bonheur.

Je frémis dans la brise,
Sursaute à demi-mot,
Au jardin insoumise,
Indomptable dans un pot.

Douce ondulation
De mes courbes végétales,
Féminine séduction
Et cils de femme fatale.

Derrière mon éventail
Je cache mon émoi,
Ton cœur est tout pareil,
Et le mien est à toi.

d’autres « Pensées sans retouches » à venir…