PAR PETITES TOUCHES, pensées sans retouches : P’tit gars d’Paris #6 : Dans l’arène

couleurspantoneorangegrisvertbleu

 

écoliers écrivant 50.jpg

Dans l’arène

« Alors, cette journée, Emile, comment s’est-elle passée ? » Au cours du dîner familial, entre la poire et le fromage, cette simple phrase de son père qui se voulait pourtant bienveillante, attaqua Emile en plein plexus solaire. Gorge serrée, tripes nouées, plus aucun son ne pouvait dépasser le barrage de ses dents hermétiquement scellées. Il fallait pourtant répondre, et au plus vite, sans quoi ce mutisme, qui serait suivi d’un inévitable bégaiement incontrôlable, eût été la signature d’un mensonge non assumé. « Euh… nous avons fait une dictée… plutôt difficile, il faut avouer… » Premier maquillage maladroit d’une réalité peu reluisante.

Mains jointes, son père poussa un peu plus son investigation, sur un ton qui, pour un observateur extérieur, eût semblé plutôt conciliant, mais qui, en réalité, s’attacherait impitoyablement à dénicher la moindre faille. « Ah oui ? Votre maître a-t-il eu le temps de corriger vos copies ? Quelle était la moyenne de la classe à ce difficile exercice ? » Il était maintenant devenu impossible de reculer. Ou plutôt, Emile, le cou transpercé de banderilles, se trouvait acculé dans ses plus inavouables retranchements. « Euh… la moyenne de la classe devait être de… euh… 7 sur 10. » Emile stoppa net, ne trouvant plus ses mots pour avouer combien il avait lui-même obtenu. « Tiens tiens… la moyenne de classe contraste avec la difficulté que tu m’avais annoncée. C’est plutôt une bonne nouvelle ! Tu ne t’en es donc pas trop mal tiré ? Combien as-tu obtenu ? », insista son père. Emile se figea, souffle court, une sueur froide perlant lentement sur son front, ses mains cachées sous la table si crispées que leurs jointures en étaient blanchies.

Conscient qu’il faudrait tôt ou tard qu’il se jette dans l’arène, il prit une grande inspiration et lança d’une voix blanche : « J’ai eu 2 sur 10. » Fermant instinctivement les yeux, il se préparait à un vigoureux revers de manche paternel, estocade finale. Il n’en fût rien. Il eût juste le temps d’entendre « J’irai parler à ton maître dès demain, puis aviserai au plus vite », alors que, toute résistance vaincue, il était traîné par l’oreille vers sa chambre, où il fut voué aux gémonies. La bête était dégagée de l’arène. Le toréador invincible avait, cette fois encore, gagné la partie.

Sa mère, qui avait assisté à la pitoyable « mise à mort », se glissa dans l’entrebâillement de la porte qu’elle referma doucement dans son dos. « Emile, il serait grand temps que tu penses à te concentrer à l’école, sans quoi tu finiras ouvrier à la mine comme le fils du père Léon. Nous souhaitons un avenir plus confortable pour toi. Regarde tes frère et sœur, à Saint-Cyr et à la Légion d’honneur ! Ils s’en sortent très bien, eux ! Faudra-t-il que nous en arrivions à t’orienter vers un internat au fin fond de la France ? »

En réalité, elle ne s’attendait à aucune réponse du petit taureau rageur à l’oreille rougie qui fixait le parquet d’un oeil vide. Un voile de tristesse passa sur ses doux yeux bleus, qu’elle tenta de dissimuler, se tournant vers l’abécédaire brodé jadis par ses soins et qui trônait au-dessus du petit lit Louis XVIII. Elle savait combien elle aurait du mal à voir son petit Emile quitter le nid familial…

d’autres « Pensées sans retouches » à venir…

Publicités

Auteur : lamouetterieuse

L'activité favorite de la mouette rieuse ? Tremper sa plume dans l'encre du clavier pour vous porter sur ses ailes dans un monde imaginaire duquel vous aurez peut-être du mal à revenir. Enfin, c'est tout ce qu'elle vous souhaite. Bonnes lectures et heureux partages espérés avec vous, amis blogueurs ! La mouette rieuse, who loves dreaming with words, loves writing each and every day : novels, poems, in french and also in english (she tries hard not to decieve you with his "english poems"). Let it be, close your eyes and let his words lead you to un unexpected trip in his and your imagination.

Envie de réagir ? Lancez-vous ! Merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s